Saint-Denis - Syndicat d'Initiative de La Bruyère

Aller au contenu

Menu principal :

Saint-Denis

Les villages
Le village de Saint-Denis est situé à une altitude de 188 m au seuil de son église.

Origine
 
Brouard est un nom d’origine celtique qui désigne une lande couverte de "bruyère", sur laquelle s’établi une préfectorie des moines soldats ou des Chevaliers du Temple. Construite vers la fin du XIIe siècle, cette ferme des Templiers servait de relais sur les chemins empruntés par les pèlerins. Appelée également grange ou bahut elle servait aussi à recueillir les dimes et les dépôts destinés au Temple.
 
C’est ce nom de La Bruyère qui fut retenu pour nommer l’entité rassemblant les sept villages à la fusion des communes en 1977.
 
Cette ferme de La Bruyère est située sur le territoire ayant appartenu ou ayant été attribué à l’Abbaye de Saint Denis près de Paris. Ce territoire portait alors le nom de "Villare Sancti Dionysii" d’où le nom donné aux habitants encore à l’heure actuelle "les DIONISYENS"
 
Les moines, des bénédictins envoyés par l’Abbaye de Saint Denis avaient pour mission de développer des territoires propices à l’approvisionnement de l’Abbaye alors en pleine expansion. Ils s’installèrent vers 680 dans une région où l’agriculture semblait favorable (probablement en partie exploitée précédemment par les gallos romains) et aussi près d’un centre mérovingien très peuplé. Sa première citation connue remonte à 805.

Une fontaine ...
 
Au VIIe siècle, la zone était couverte d’une forêt claire est humide. Les moines venant de Saint Denis, après avoir suivi la chaussée romaine, empruntèrent le diverticule vers le grognon, pour s’établir aux environs des sources de la Mehaigne (Mehana, nom d’origine celtique) La source de la Mehaigne est un ensemble de résurgences plus ou moins importantes, mais celle dont le débit est le plus fort, part du centre et après avoir été rejointe par d’autres sur son flanc gauche forme la Mehaigne avant d’aller se déverser à Statte dans la Meuse près de Huy. Les moines, des bénédictins sont les seuls moines instruits pour l’époque, de plus ils ont de très bonnes connaissances en agriculture. La population qu’ils rencontrent ici se compose de Gallo romains restés sur place après les invasions, ils sont principalement forgerons, ils fabriquent des armes et des bijoux, et de Francs qui sont essentiellement des éleveurs, ces derniers se sont installés dans la forêt environnante. Cette dispersion de la population frappe les moines qui eux sont déjà habitués à vivre dans des villages. Ces moines en profiteront pour évangéliser les populations.
 
Les fouilles réalisées vers 1850 dans le bois des tombes à Vedrin confirmeront que c’est bien à cette période que le changement est intervenu dans l’organisation des sépultures soit à la fin du VIIe siècle et au début du VIIIe siècle.

L’implantation, de ce qui deviendra une paroisse et le village de Saint-Denis, ne s’est pas fait au hasard mais en un lieu bien réfléchi, proche d’une zone fortement habitée (main d’œuvre), dans une zone ayant déjà été exploitée par des agriculteurs gallo-romains, proche d’un lieu de culte gaulois ou celtique et probablement romanisé (Saint-Martin) et enfin sur l’ancien diverticule romain qui conduit de l’ancienne chaussée romaine à la Meuse. Ce qui autorise le commerce par voie terrestre et par voie fluviale.
 
La présence d’eau de bonne qualité, fit qu’on lui octroya des bienfaits thérapeutiques qui furent exploités jusqu’à nos jours.

Son église

La tour de l'église est le plus vieux bâtiment du village, voire même de l'entité. Initialement érigée en bois et torchis sur un point haut ou peut-être sur une butte. Cette première construction fut faite vers le milieu du Xe siècle. Ce n’est que vers le milieu du XIe siècle que la construction en pierres fut conseillée par l’Abbaye. C’est-à-dire quand les outils de taille des pierres dures furent connus.
 
Le corps de l’église actuelle fut édifié au cours du XVIIIe siècle, dédiée à saint Denis, évêque prédicateur et évangélisateur envoyé par Rome dans la région de Lutèce (Paris). Il fut martyrisé et décapité au IIIe siècle. À l'intérieur de celle-ci, on peut admirer de très belles pierres tombales du 14e siècle. L'une est de Jean Dores, chevalier de Seumois. Autrefois, elle ornait le pavement de la Chapelle Saint Martin. L'autre pierre est de Jacquemin de Chenoit, originaire de Saint Martin lui aussi.
 
La pierre de Jérôme de Homblière, Commandeur des Hospitaliers, se trouve également dans l'église.

Les lieux-dits
 
La Spaumerie : Jadis et jusqu'au début du XXe siècle, les femmes venaient rincer leur linge aux sources de la Mehaigne. Un lavoir public se trouvait aux abords de l'ancienne Ferme Masson. En wallon, rincer se dit "spaumer", d'où ce lieu fut appelé "Spaumerie".
 
Le Stordoir : À cet endroit, il existait un pressoir à huile de colza actionné par des chevaux ; il s'agissait de lourdes pierres cylindriques qui tournaient en broyant le colza. Tordre en wallon se dit "Stwad". L'une de ces pierres cylindriques sert de seuil à la chapelle St-Denis.
 
La Ferme de Beauffaux, une belle ferme en carré de type Hesbignon, située à la limite de Lonzée et de Saint-Denis. Cette ferme était propriété de Johan de Bialfour au XIVe siècle. Elle fut offerte en 1623 aux Jésuites de Namur, qui la conservèrent jusqu'à la Révolution Française.

Cette ferme toujours en exploitation a développé des activités complémentaires, un gite rural à la ferme et pour les jeunes une ferme pédagogique, elle permet aux jeunes de découvrir le métier d'agriculteur, de participer à la vie active de l'exploitation, de découvrir l'alimentation et les modes de vie des animaux. La Ferme de Beauffaux organise des stages de vacances "La Ferme en été" (juillet et août) pour les enfants de 4 à 12 ans.

Information : info@lafermedebeauffaux.be - M. et Mme Mailleux, rue de Beauffaux 40, 5081 Saint-Denis, 081.56.61.28
 
PATRIMOINE DE SAINT-DENIS, EN BREF
 
- Eglise classique romane (tour classée) (18e siècle)
- Château de La Bruyère (18e siècle)
- Ferme de La Bruyère (ancienne Commanderie des Templiers)
- Ferme de Beauffaux
- Chapelle de saint Denis (1927)
- Chapelle de saint Hubert
- Chapelle de sainte Rita
- Chapelle de saint Roch
- Chapelle du Sacré Cœur
 
Retourner au contenu | Retourner au menu