Projet de regroupement - Syndicat d'Initiative de La Bruyère

Aller au contenu

Projet de regroupement

La Bruyère > Naissance de l'entité
En 1972, la presse faisait écho d’un projet de regroupement des communes de Meux, Saint-Denis et Bovesse. Dans un courrier adressé au Ministère de l’Intérieur, le bourgmestre de Meux fit part de son opposition au projet tel qu’il est présenté. Il propose un rapprochement des 9 communes (Bovesse, Emines, Grand-Leez, Liernu, Meux, Saint-Denis, Saint-Germain, Villers-Lez-Heest et Warisoulx) faisant partie de l’Association Intercommunale des Eaux du Nord de la Province de Namur. Une étude approfondie du projet était jointe au courrier.
En 1972, d’autres projets fusion virent le jour. On peut y lire dans une délibération du Conseil communal de Villers-Lez-Heest que le bourgmestre de Saint-Servais proposait une fédération de communes. Le bourgmestre de Dhuy proposait une fusion des communes avec Dhuy comme centre administratif. Une réunion avait eu lieu à Emines, il y avait été proposé une fusion entre Emines, Daussoulx, Villers-Lez-Heest et Warisoulx. Il fut décidé lors de cette délibération de ne pas accepter la proposition de Saint-Servais ; de refuser toute fusion avec des communes urbaines, semi-urbaines et industrielles ; de trouver une base de fusion sur les communes faisant partie de l’Association Intercommunale des Eaux du Nord de la Province de Namur.
En 1974, le premier projet du Ministère de l’Intérieur proposait de fusionner les six communes de Bovesse, Emines, Daussoulx, Meux, Saint-Denis, Villers-Lez-Heest. Toutes ces communes devaient suivant le plan Michel, faire partie de la future entité 'Émines'. Dans ce projet, la commune de Rhisnes était rattachée à Namur et la commune de Warisoulx allait vers Leuze.
La commune de Saint-Denis prit l’initiative d’organiser les réunions de travail avec les membres des conseils communaux concernés.
Retourner au contenu