L'Ordre de Malte - Syndicat d'Initiative de La Bruyère

Aller au contenu

Menu principal :

L'Ordre de Malte

L'Ordre de Malte
Le nom de La Bruyère fait référence à la Ferme de La Bruyère. Cette ferme est un ancien bien de l'Ordre des Templiers, qui lui appartenait en 1241. À la suppression de cet Ordre en 1312 par Philippe Le Bel, la plupart de leurs biens furent légués aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, (connus sous le nom de Chevaliers de Malte) qui séjournèrent 6 siècles en Belgique.

Histoire de l'Ordre de Malte ...
 
Au XVIe siècle, l'empereur Charles Quint fait don des îles maltaises aux Chevaliers de l'Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean, qui viennent de perdre l'île de Rhodes, prise par les turcs, sous le règne de Soliman Le Magnifique (1522). Bien accueillis par les maltais, les Chevaliers améliorent les fortifications du fort Saint-Ange. Ces travaux s'avèrent fort utiles. En mai 1565, une puissante armée turque, groupant 38 000 hommes montés sur 180 bateaux, apparaît au large des côtes de Malte. L'île ne peut lui opposer que 9 000 Chevaliers. Le turc Soliman est décidé à faire disparaître l'Ordre de Saint-Jean et avec lui le christianisme de la Méditerranée. Un violent assaut s'ensuit, avec de nombreuses pertes d'hommes : 1 500 maltais périssent et les turcs perdent 8 000 hommes. Après cette bataille, les turcs tentent de rendre le fort Saint-Michel mais sont repoussés et subissent de nouvelles pertes. Soliman abandonne le siège le 8 septembre 1565, se retirant avec les survivants. Dans les années qui suivent, l'Ordre atteint l'apogée dans sa gloire : dans toute la chrétienté, les nobles cherchent à grossir les rangs. La Valette, capitale actuelle, fondée en 1566, porte le nom de Jean Parisot de la Valette, grand maître de l'Ordre, qui défendit l'île pendant le siège turc. Malte vit dans une relative indépendance sous l'influence des Chevaliers. À la fin du XVIe siècle, les maltais se distinguent de nouveau à la guerre. Conduits par les Chevaliers, des soldats de l'île prennent part à la victoire chrétienne de Lépante (bataille de Lépante le 7 octobre 1571 - aujourd'hui Naupacte en Grèce). Mais peu à peu, pour différentes raisons, l'esprit de l'Ordre s'altère. En 1798, Ferdinand Von Hompesch, 28e et dernier grand maître des Chevaliers, se rend à Bonaparte après une résistance symbolique. Les français promulguent plusieurs lois impopulaires qui engendrent des soulèvements. Les maltais font appel à l'amiral anglais Nelson (1758-1805) et les troupes françaises sont vaincues. Le traité d'Amiens - mettant fin à la 2e coalition entre la France et la Grande-Bretagne - signé en 1802, rend l'île aux Chevaliers de Malte, mais sous la pression du gouvernement anglais, les maltais demandent à être placé sous dépendance britannique. Au cours des ans, la Grande-Bretagne bâtit un arsenal entièrement équipé et concentre une flotte puissante dans les ports de l'île de Malte. Durant la 1re guerre mondiale, l'Angleterre a l'occasion de mesurer l'importance de l'île comme base stratégique. Malte fournit aux flottes alliées la possibilité de s'approvisionner en combustible et constitue en outre un vaste hôpital.


Retourner au contenu | Retourner au menu