Genèse - Syndicat d'Initiative de La Bruyère

Aller au contenu

Genèse

La Bruyère > Naissance de l'entité
Les communes forment le noyau de l’administration et de la vie politique de notre pays.
 
 
Elles furent entièrement réorganisées et uniformisées dans l’ensemble des provinces belges lors du rattachement de notre pays à la France. La législation révolutionnaire imposa le calendrier révolutionnaire à partir du 22 septembre 1792 (1er Vendémiaire de l'an I), celui-ci prit fin le 31 décembre 1805 (10 Nivôse an XIV).
  
En 1795, la Belgique est incorporée à la France. La loi du 14 fructidor an III découpe la Belgique en neuf départements. Le département de Sambre et Meuse[1] dont le chef-lieu était Namur, fut créé le 1er octobre 1795, lors de la réunion à la France des territoires de l’actuelle Belgique et de la principauté de Liège. Le siège de l’administration se trouvait dans l’ancien palais épiscopal place Saint-Aubain à Namur.
 
Chaque département est partagé en cantons dirigés par des sous-préfets et chaque canton est subdivisé en municipalités administrées par des maires.
 
Les mairies d’Arthey Falize, Bovesse, Emines, Meux, Ostin, Rhisnes, Saint-Denis, Saint-Martin, Villers-lez-Heest et Warisoulx faisaient parties du canton de Justice de Paix d’Emines.
 
Ces mairies étaient dirigées : pour Bovesse : D. J. Garot ; Émines : J. Sevrin ; Saint-Martin Huglise : J. Langue ; Meux : François Joseph Lebedelle ; Saint-Denis : D. J. Garot ; Ostin : … Lorphèvre.
  
Par arrêté des Consuls de la République daté du 17 Frimaire an X (8 décembre 1801), le canton de Justice de Paix est installé à Dhuy. En 1848, Eghezée redevient le chef lieux de canton et siège de la Justice de Paix.
  
Instauré par François 1er en 1539, les actes d'état civil pour les naissances et décès puis plus tard, pour les mariages (registres paroissiaux) étaient rédigés et conservés par le curé de la paroisse. En 1796, l’état civil devient laïque dans les départements belges annexés à la France et sont tenus par les officiers d'état civil dans les mairies.

Quelques faits marquants dans notre pays.
  
La période française prend fin en janvier 1814. En 1815, création du Royaume uni des Pays-Bas, le département de Sambre et Meuse reprit le nom de Province de Namur. En 1830, c'est la révolution belge qui conduit à l'indépendance de la Belgique, la Province de Namur compte 343 communes.
 
En 1837[2], Arthey et La Falize ont été détachés de la commune de Suarlée pour être réunis à la commune de Rhisnes.
  
En 1893, le vote est obligatoire.
 
En 1894, vote plural, tout homme belge de plus de 25 ans a 1 voix, certains peuvent avoir 3 voix suivant la richesse et le niveau d'éducation.
 
En 1919, suffrage universel pour les hommes à partir de 21 ans. Un nombre limité de femmes obtient le droit de vote (mères et veuves de militaires et civils tués à la guerre ou femmes emprisonnées ou condamnées par l'occupant).
 
En 1921, les femmes de plus de 21 ans ont le droit de vote pour les communales, elles ont aussi le droit de se faire élire à la Chambre et au Sénat.
 
En 1948, les femmes belges de plus de 21 ans votent à tous les niveaux de pouvoir.
 
En 1969, les jeunes votent aux élections communales à partir de 18 ans.
 
En 1981, les belges de 18 ans sont obligés de voter à tous les niveaux de pouvoir.
 
En 2000, les européens peuvent voter chez nous.
 
En 2006, les non-européens, résidant chez nous depuis 5 ans peuvent voter aux communales.
 

   
[1] Le numéro du département était 97. Ce département fut dissous en 1814.
 
[2] Arrêté Royal du 1er décembre 1837.
 
 
Retourner au contenu